Actualités
Activités
Galeries Photos
Vidéos
Offres d’emploi
Appels d'offres
Nous écrire
Rapport
 24 invités en ligne
Annuaire site web
 
RDC : situation humanitaire préoccupante après l’annonce des résultats des présidentielles PDF Imprimer Envoyer
Lundi, 12 Décembre 2011 14:02

Une ambiance de la capitaleKinshasa, le 12 décembre 2011 (caritasdev.cd): diverses manifestations populaires et les réactions des forces de l’ordre à celles-ci ont suivi l’annonce des résultats provisoires des élections présidentielles en République Démocratique du Congo (RDC). Près de quatre jours après cette publication, leur impact socioéconomique sur la population est déjà à la base d’une situation humanitaire préoccupante dans plusieurs Provinces du pays et à Kinshasa, rapporte caritasdev.cd

 

Les premiers éléments d’informations recueillies auprès de certaines  Caritas diocésaines font déjà état des déplacements des populations, de destruction et incendies de maisons et écoles, y compris de nombreux cas des personnes blessées, voire tuées par balles.

Dans le diocèse de Mweka au Kasaï Occidental, des dégâts importants ont été enregistrés, indique un rapport de Caritas Mweka daté du 11 décembre 2011. 10 maisons, 3 pharmacies et 2 motos appartenant aux personnes non Kuba, accusées d’avoir voté contre le Président sortant, ont été incendiées au Poste d’Etat de Kakenge; 2 écoles du Poste d’Etat de Domiongo et 1 de Mushenge, 2 autres de Pembeangu où l’on déplore 1 mort et deux blessés graves, 3 du Territoire d’Ilebo et deux écoles de la Cité de Mweka ont été sérieusement endommagées. Toutes ces infrastructures scolaires, ayant servi comme centres de vote, ont été saccagées et pillées suite aux rumeurs de fraudes électorales. Des livres et documents scolaires et 6 autres motos, dont l’une de la Caritas locale, ont été emportés. Par ailleurs,  «des femmes non Kuba sont menacées quand elles vont aux champs. Ainsi, la plupart n’y vont plus, avec pour conséquence, des risques de pénurie alimentaire et de malnutrition, baisse de pouvoir d’achat et hausse de prix des denrées alimentaires », poursuit le rapport.     

Au Diocèse de Kananga, toujours au Kasaï Occidental, un bilan provisoire établi samedi dernier signalait 2 morts et 4 blessés par balle.

Au Diocèse de Mbuji-Mayi, au Kasaï Oriental, la Caritas diocésaine est en évaluation initiale concernant le déplacement des personnes du centre-ville vers la périphérie de Mbuji-Mayi.

Dans le Diocèse de Kamina, au Katanga, 14 maisons ont été détruites, 8 incendiées, 92 jeunes gens blessés dont 52 filles, 23 familles déplacées, suite aux heurts entre habitants des quartiers favorables au candidat arrivé 2ème et 1er aux présidentielles, selon les résultats de la Commission Electorale Indépendante Nationale (CENI). En définitive, on peut noter, selon un rapport de la Caritas Kamina, qu’une maison a été détruite au Quartier 52,  cinq maisons incendiées ou détruites au Quartier 82, deux au quartier Inga, une autre au Quartier RVA, deux détruites au Quartier 14 et une détruite à moitié au quartier 53. Au quartier Pensionnés, 20 ménages ont été accueillis dans huit familles et à la gare SNCC 37 ménages avec enfants sont sans secours. Ce rapport parvenu lundi 12 décembre 2011 à Caritas Congo signale par ailleurs que 3 femmes ont été violées, dont deux admises à l’Hôpital général de référence et une à la Polyclinique Fondation Mgr Malunga.

Au Diocèse de Matadi, au Bas-Congo, Caritas fait état de 7 écoles détruites, des magasins pillés, cinq blessés, et une quarantaine des personnes arrêtées par la police pour pillage.

Dans le Diocèse de Kisantu, situé également dans la Province du Bas-Congo, cette situation humanitaire qui, dans l’ensemble du pays est devenue préoccupante,  est  marquée par des inondations.

Dans le Diocèse de Goma, au Nord-Kivu,   des affrontements entre l’armée nationale et des rebelles rwandais des FDLR à Masisi mettent à mal une situation humanitaire déjà précaire.


Caritas Congo remet des médicaments essentiels à des formations médicales


Dans l’Archidiocèse de Kinshasa, plus de 21 personnes blessées par balles ont été enregistrées principalement aux Cliniques Universitaires de Kinshasa, mais aussi à l’Hôpital Général St Joseph, à la Clinique Bondeko, et à l’Hôpital du camp Kokolo. Des besoins en kits chirurgicaux et anesthésiques relevés devraient être couverts par d’autres acteurs humanitaires du Cluster Santé. Caritas Congo et le BDOM Kinshasa ont déjà remis des médicaments essentiels à certaines formations médicales de la place: Centre de Santé (CS) Major Leka, CS Bolingo, CS Mama wa Bosawa, Centre Hospitalier (CH) Kingasani, CS de référence Biyela, CH Mokali, CS Boboto, CS Motema Mpiko, CS Boyokani. Ont aussi reçu ces médicaments essentiels : CS Luzingu, CH Etonga, CS St Raymond, CH Liziba na Bomoyi, CS Mobengi, CH Ngondo Maria, CH Kisenso avec UNTA/S, CS Révélation avec UNTA, CH St Ambroise, CS de référence Libondi, CH Kinkenda, CS de référence Mwinda et CH Lukunga.

Il sied de noter que le sort des malades, leurs gardes malades, du personnel médical dans ces formations médicales et dans d’autres, ainsi que des personnes détenues en prison ou dans les amigos (cachots) est préoccupant. En effet,  ces formations médicales  n’offrent pas de la nourriture à leurs pensionnaires et la psychose actuelle les prive de la maigre ration alimentaire journalière venant de leurs familles respectives.

Par ailleurs, un afflux important des enfants de la rue s’observe depuis la psychose provoquée par la publication des résultats des présidentielles du 28 novembre 2011. Visitant certains centres d’hébergement parmi la vingtaine existant dans la capitale, une équipe de Caritas a été saisi des besoins en vivres et biens non alimentaires pour ces enfants de la rue, dont certaines jeunes filles allaitent même des nourrissons de moins d’un mois. La plupart sont âgés de 5 à 17 ans.


Dans  la capitale congolaise ville où les gens vivent au jour le  jour,  la situation est devenue d’autant plus dramatique pour nombre de ménages qui n’ont plus de moyens pour  se nourrir et dont certaines ont accueilli des familles venant des communes périphériques. Le sort    des personnes les plus vulnérables, des vieillards, des familles des chômeurs, sans activités génératrices des revenus est pire, alors qu’entre temps dans ville tombent de fortes pluies ces jours-ci qui compliquent davantage la situation humanitaire.  311/2011

Caritas Congo

 
 
Articles liés
Liens utiles
Agenda