En bref :
Bas-Congo: pose de la 1ère pierre du pavillon des tuberculeux multi-résistants à l’Hôpital IME Kimpese  |  Katanga : Caritas prend en charge la scolarité de plus de 900 élèves à Kongolo  |  RDC: La CENCO condamne les actes d'agression sur des ecclésiastiques à Lodja, à cause de sa position contre la révision de l'article 220 de la Constitution  |  Katanga : la ZS de Malemba, le PNLT et Caritas d’accord sur la construction d’un pavillon des tuberculeux multirésistants  |  Kinshasa : des journalistes formés à la sensibilisation de lutte contre la tuberculose  |  Maniema: sécurité alimentaire et cohésion sociale assurées aux paysans par un programme de Caritas à Lubao et Malela  |  
ACTUALITES
ACTIVITES
RAPPORTS
LIENS UTILES
Bukavu/RDC : près de 5.800 ménages fuient les affrontements entre l’armée et des miliciens ; la réponse humanitaire s’organise PDF Imprimer Envoyer
Vendredi, 18 Janvier 2013 15:20

Des personnes déplacées au Kivu (photo d'archives/Caritas)Bukavu, le 18 janvier 2013 (caritasdev.cd) : Une opération mal planifiée de rapatriement des rebelles rwandais des Forces Démocratiques pour la Libération du Rwanda (FDLR) a provoqué des affrontements à la base du déplacement, depuis le 02 janvier 2013, de plus de 5.800 ménages dans le Territoire de Walungu, au Sud-Kivu. Il s’agissait de plus de 250 rebelles et environ 500 de leurs dépendants.


Une mission InterAgence, à laquelle a participé la Caritas diocésaine de Bukavu, a effectué mercredi 16 janvier une évaluation initiale. Elle sortira bientôt son rapport. Mais, il s’avère de signaler d’ores et déjà que ces déplacés sont partis des localités de Chulwe, Nzibira, Luhago, Lubimbe, Chishadu, Shanga, Kalengera et Nyamarhege pour le Groupement de Mulumba.
Ils fuient les affrontements entre les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) et les miliciens de Raïa-Mutomboki auprès de qui les FDLR s’étaient présentés le 02 janvier pour leur rapatriement. Ces combats ont eu lieu à Chulwe, puis à Luhago, Nyamarhege et le 13 janvier 2013 à Maziba près de Luntukulu. Devant cette confusion, les combattants des FDLR se seraient enfuient dans la forêt.

 

Les besoins humanitaires de ces déplacés s’expriment en termes d’eau et assainissement, des Biens non alimentaires (NFI), des soins de santé (les stocks de médicaments étant épuisés dans les centres de santé du milieu), mais aussi en vivres et d’éducation.


Les acteurs humanitaires s’organisent déjà pour coordonner une réponse, au regard des moyens actuellement disponibles. Ainsi, l’IRC/RRMP va s’occuper de l’eau et assainissement ; MSF apportera des médicaments aux Centres de Santé ; Caritas Bukavu envisage d’intervenir sur les abris et biens non alimentaires. Par ailleurs, le Programme Alimentaire Mondial (PAM) prévoit de distribuer des vivres pour trois mois ; opération qui pourrait intervenir dans deux ou trois semaines. Caritas Bukavu se propose alors d’apporter en urgence une ration alimentaire d’une ou deux semaines, grâce aux fonds reçus de la Confédération Caritas Internationalis, via Caritas Congo Asbl, dans le cadre de l’Appel d’Urgence EA 37. Elle compte aussi distribuer des cahiers et stylos aux élèves déplacés accueillis dans des écoles du milieu et lors de leur retour.
Guy-Marin Kamandji