mercredi 28 février 2024
Adresse : 26 av Basoko Gombe, Kinshasa

SECAL III, un projet phare au sein de Caritas pour la réduction de la pauvreté des ménages ruraux en RDC

SECAL III, un projet phare au sein de Caritas pour la réduction de la pauvreté des ménages ruraux en RDC

 Lubero, le 31 janvier 2024 (caritasdev.cd) : Les activités de la 3ème phase de programme d’appui à la sécurité alimentaire et renforcement de capacités économiques de ménages ruraux se poursuivent dans les Territoires de Lubero, Kasongo, Kasangulu et Kongolo, en République Démocratique du Congo (RDC). Ce programme a obtenu le financement de l’Agence Norvégienne de Coopération pour le Développement (NORAD), à travers la Caritas Norvège pour la période allant de 2023-2027.

Il cible 12.000 ménages des producteurs agricoles vivant dans la pauvreté dans les provinces du Nord-Kivu (Territoire de Lubero, 2.592 ménages), Maniema (Territoire de Kasongo, 2.974 ménages), Kongo Central (Territoire de Kasangulu, 3.391ménages) et Tanganyika (Territoire de Kongolo, 3.043 ménages).

Au cours de cette phase, une étude de base a été réalisée et a permis d’établir la situation de référence détaillée du programme et proposer les valeurs de référence pour les indicateurs d’impact, d’effets et de résultats au cadre des résultats du nouveau PQ SECAL (2023 - 2027).

Les nouveaux ménages bénéficiaires des actions du programme dans sa mise en œuvre pour les 5 années dans chaque entité ont été identifiés ainsi que l’actualisation de la cartographie des zones d’intervention. Cette mission d’identification a été conduite dans chaque entité (Lubero, Kasangulu, Kongolo et Kasongo) par les équipes de mise en œuvre du programme des entités citées ci-haut.

Une base des données des bénéficiaires du programme par site/village, axe et Entité/territoire cible est disponible, ainsi que la cartographie actualisée de la zone d’intervention a été produite.

 Il sied de signaler que les missions de plaidoyer ont été organisées dans les territoires en vue de plaider auprès des autorités terriennes de Katea et Lubunda à Kongolo sur l’octroi des terres aux agri-producteurs de manière durable.

Un engagement formel a été pris pour augmenter les étendues des terres aux non concessionnaires des villages.

Dans le territoire de Kasongo, une mission de plaidoyer a été menée en faveur des ménages sans terre auprès des autorités coutumières.

Par ailleurs, dans le territoire de Kasangulu et à Lubero, des sessions d’information, de sensibilisation et de plaidoyer pour l’accès des paysans sans terre aux terres ont été organisées dans les sites (M’vululu, Kinsiona, Banna et N’tampa ; Musienene, Lukanga, Luhotu et Masereka pour Lubero).

Les autres activités réalisées sont  la sensibilisation des ménages sur la constitution des banques de semences, l’identification des plantes à haute valeur nutritive et l’installation de 4 banques d’intrants agricoles à Lubunda et Katea à Kongolo, à Masereka dans le territoire de Lubero et à Kinsiona dans Kasangulu, destinées à la conservation des graines/semences et outils aratoires des ménages accompagnés.

En outre,  une porcherie centrale de reproduction et multiplications des sujets améliorés  dans le site de BIKEKETI à Mvululu (Kasangulu) a été construite. Cette porcherie est composée de 5 maternités, 1 box d’accouplement, 1 box d’attente et 1 dépôt de stockage des matériels. La capacité du bâtiment est d’accueillir cinq (5) truies et un (1) Verrat.

Les nouveaux ménages ont également été sensibilisés sur la vie associative, sur l’importance des coopératives et leurs fonctionnements respectifs. 1.450 nouveaux ménages dont 1.000 à Kongolo et 450 à Kasangulu ont été capacités et ont marqué leur adhésion au développement des filières sélectionnées.

Un Point focal a été établi au niveau de Kongolo, tandis qu’à Musienene en territoire de Lubero les Enseignants de l’école primaire Ivatama et l’animateur du programme animent des émissions à la radio communautaire.

Signalons parmi les acteurs-clés sur terrain, les autorités locales et les membres du secteur privé pour la mise en place d’un espace de concertation entre la Société Civile et les acteurs étatiques.

Dans le territoire de Kongolo, 90 représentants des Organisations de la Société Civile dont 37 femmes et 5 délégués des autorités locales et membres du secteur privé ont participé à une première session de concertation, à l’issue de laquelle le cadre de concertation a été mise en place.

A Kasangulu, un Comité de Suivi des actions du projet (COSAP) a été institué et structuré pour identifier et analyser les problèmes de développement de la contrée.

Paris Mona

A lire aussi : 

RDC : Caritas et NORAD lancent la 3ème phase de 5 ans du programme SECAL pour réduire la pauvreté et la faim parmi 12.000 ménages ruraux dans quatre provinces