dimanche 14 juillet 2024
Adresse : 26 av Basoko Gombe, Kinshasa

Kinshasa : réponse humanitaire aux Communautés vulnérables affectées par la crise du Plateau des Bateke et Kwamouth

Kinshasa : réponse humanitaire aux Communautés vulnérables affectées par la crise du Plateau des Bateke et Kwamouth

Cette réponse humanitaire est financée par l’Union Européenne, dans le cadre du Projet ECHO 2, porté par un Consortium composé de Caritas International Belgique (comme Team Leader), Caritas Congo Asbl (qui s’occupe des aspects de redevabilité), la Diaconie de l’Archidiocèse de Kinshasa (pour la mise en œuvre effective) et Magna (pour la Santé et Nutrition, particulièrement dans le territoire de Kwamouth).

Les ménages assistés sont venus de quatre localités de Mbankana : Mpara 1, Mpara 2, Bwangamoso et Mukonso.

Chaque ménage a reçu un kit en Articles Ménagers Essentiels (AME) composé d’une couverture, de deux casseroles, de deux assiettes, d’une bassine et d’un seau en plastique, d’un bidon de 20 litres, de trois barres de savon, avec une enveloppe en Francs Congolais, variant de 145.00, 230.000 et 325.000 Francs Congolais en fonction de la taille du ménage, remis par le prestataire bancaire Soficom.

Appel pressant au rétablissement de la paix

La distribution s’est effectuée selon les critères de vulnérabilité et sans discrimination, suivie par un Comité multi acteurs mis en place. Néanmoins, beaucoup des ménages déplacés dans d’autres localités et provinces touchées par la crise du Maï-Ndombe n’ont pas pu être assistés. C’est aussi le cas des membres de la communauté hôte qui accueille depuis plus de 8 mois les déplacés, voire une année pour certaines localités d’accueil, et qui ont besoin d’un appui. C’est ici le lieu de plaider pour un accroissement des ressources financières en faveur de ces compatriotes déplacés, lesquels ont tout perdu dans leurs fuites, et sont encore traumatisés par les atrocités vécues.

Pour les ménages bénéficiaires, cette aide vient à point nommé, au regard des difficultés énormes auxquelles ils font face. Cela va du logement à l’alimentation, en passant par les soins médicaux et la scolarisation de leurs enfants. Certains sont à Mbankana depuis juin 2023.

Cette dame déplacée n’a plus l’usage de son bras droit suite aux grandes blessures reçues à Yosso
Cette dame déplacée n’a plus l’usage de son bras droit suite aux blessures reçues à Yosso

Tout en remerciant l’Union Européenne et les Acteurs engagés dans le Consortium susmentionné autour de la Caritas International Belgique, ils ont exprimé à l’unanimité le vœu de voir les Autorités redoubler les efforts pour le rétablissement de la paix dans leurs milieux d’origine. C’est le cas de Mme Yolande, qui se retrouve avec le bras droit inerte après avoir perdu les membres de sa famille et subi des coups de machettes. Madame Elisée, quant à elle, a perdu son fils de deux ans et demi et a survécu en passant sous les pieds des assaillants, non sans avoir reçu des coups de machettes à la tête

L’opération de distribution s’est achevée par une réunion de rétro-information, au cours de laquelle les différentes parties prenantes ont évalué les activités réalisées et traité les plaintes reçues. La première réunion similaire avait été organisée après l’identification des bénéficiaires. Y ont pris part, les Autorités Politico-administratives et sécuritaires, les membres de la Société Civile (Médias, Jeunesse, etc), ainsi que les représentants des Communautés (chefs de rue, Relais et Points Focaux désignés pour transmettre les plaintes de la communauté et faire passer les messages du Consortium).

Il sied de souligner qu’une campagne de sensibilisation a été lancée durant cette assistance contre des cas de violences sexuelles et tracasseries enregistrées dans les milieux contre des mineures et femmes déplacées vulnérables, de la part de certains hommes chargés du maintien de l’ordre.

Guy-Marin Kamandji

« Cette publication a été financée par l’Union européenne. Son contenu relève de la seule responsabilité de la Caritas Congo Asbl et ne reflète pas nécessairement les points de vue de l’Union européenne ».